INFORMATIONS  MYCOLOGIQUES



Cette page est destinée à annoncer les diverses manifestations (en particulier les manifestations mycologiques, les sessions et les stages...) régionales, nationales ou se déroulant à l'étranger. Elle ne peut être efficace que grâce à votre collaboration. Indiquez-nous les évènements que vous voudriez faire connaître par l'intermédiaire de notre site.

Nous informer de vos manifestations  >>>>>>>>>  E-mail
 


   

PROGRAMME DE LA SESSION SMF 2010

à Ambleteuse (62) du 18 au 23 octobre

Organisée par Société mycologique du nord de la France (SMNF)

 

Après 1979 à Valenciennes (Nord) et 2000 à Ambleteuse (Pas-de-Calais), la Société Mycologique du Nord de la France a pour la troisième fois le plaisir d’organiser la session de la Société mycologique de France. Pour garantir des conditions d’accueil et de travail optimales, le village-vacances ARTES nous sera intégralement réservé. L’hébergement, le site de restauration (banquet compris), les salles de travail et d’exposition, les différents ateliers se dérouleront tous dans l’enceinte du village. Hammams, sauna et piscine seront également à votre disposition  (prévoir un maillot de bain pour ceux qui le souhaitent) !

Le site est pratiquement en bordure de mer. Les environs, associant paysages bocagers, forestiers, littoraux rocheux et dunaires, constituent un des joyaux paysager et naturel de la région Nord-Pas-de-Calais.

L’accent sera mis évidemment sur la mycologie mais également sur la convivialité. Les déplacements en cars seront relativement cours (sauf pour la sortie de la journée, sur le terril de Pinchonvalles – le mercredi), les sites d’herborisation étant particulièrement abondants et variés dans le Boulonnais.

Grâce aux excellents rapports que nous entretenons avec la plupart des organismes gestionnaires de l’environnement de notre région, une étroite collaboration avec ces derniers (ONF, DIREN, CSN, EDEN 62, PNR Caps et marais d’Opale, Conseils généraux, etc…) nous permettra d’accéder à un grand nombre de sites particulièrement intéressants.

Parallèlement à ce programme mycologique, nous proposerons un programme touristique tous les jours (le plus souvent par demi-journées).

 

Conditions particulières

Assurance responsabilité civile : les membres de la SMF sont assurés par l’assurance de celle-ci, les organisateurs le sont par l’assurance de la SMNF. Les personnes, non membres de la SMF ou de l’organisation SMNF, désirant participer à la session 2010, devront obligatoirement adhérer à la Société mycologique de France. Ni cette dernière ni la SMNF organisatrice ne peuvent encourir de risques envers des personnes pour lesquelles elles ne sont pas assurées.

 

Arrivée possible le dimanche 17 dans la journée (contacter les organisateurs).

 

Lundi 18 octobre 2010

14 h 00 : Accueil et installation des participants.

16 h 00 : Séance d’ouverture de la session 2010 et formation du bureau.

18 h 00 : Apéritif de bienvenue.

19 h 30 : Dîner au restaurant du village-vacances.

20 h 30 : Conférence inaugurale : Présentation du Boulonnais et de la région Nord – Pas-de-Calais ; sites naturels et diversité biologique. Etat des connaissances et cadre conservatoire.

 

Mardi 19 octobre 2010

8 h 15 : Départ des cars pour les sorties en forêt domaniale de Boulogne-sur-Mer.

          3 cars se rendront dans 3 parcelles différentes.

12 h 30 : Déjeuner au restaurant du village-vacances.

14 h 00 : Travail en salle, étude des récoltes du jour.

ou    sorties complémentaires en covoiturage sur des sites gérés (pour de petits groupes).

 ou    sortie touristique : Desvres et la Vallée de la Course ou (selon possibilité) « virée chez les Chtis » à Bergues (départ anticipé).

17 h 30 : Conférences, dont une conférence-débat, avec des représentants de l’ONF.

19 h 30 : Dîner au restaurant du village-vacances.

20 h 30 : Conférences et travail en salle.

 

Mercredi 20 octobre 2010

8 h 15 : Départ des cars pour les sorties mycologiques. 2 possibilités : A ou B

ou    sortie touristique de la journée : Saint-Omer et environs.

 

(journée) : TERRILS DU BASSIN MINIER

          Car n° 1 : Bruay-la Buissière : Bois des Dames [départ 8 h 20]

          Car n° 2 : Avion : Terril de Pinchonvalles [départ 8 h 20]

   13 h 30 : Restauration sur place (regroupement des deux cars).

15 h 00 : Départ pour Ambleteuse.

16 h 30 : Arrivée au village-vacances ARTES. Travail en salle, étude des récoltes du jour.

 

   B (demi-journée) : FORËT DOMANIALE DE GUÎNES

           Car n° 3 : Guînes : Colonne Blanchart [départ 8 h 25]

12 h 30 : Déjeuner au restaurant du village-vacances.

14 h 00 : Travail en salle, étude des récoltes du jour.

ou    sorties complémentaires en covoiturage sur des sites gérés (pour de petits groupes).

17 h 30 : Conférences.

19 h 30 : Dîner au restaurant du village-vacances.

20 h 30 : Conférences et travail en salle.

 

Jeudi 21 octobre 2010

8 h 15 : Départ des cars pour les sorties en forêt domaniale de Desvres.

          3 cars se rendront dans 3 parcelles différentes.

12 h 30 : Déjeuner au restaurant du village-vacances.

14 h 00 : Travail en salle, étude des récoltes du jour.

ou    sorties complémentaires en covoiturage sur des sites gérés (pour de petits groupes).

 ou    sortie touristique : Boulogne-sur-Mer : Nausicaà (Centre National de la Mer) (départ anticipé)

17 h 00 : Conférences.

20 h 00 : Repas de gala et animation au restaurant du village-vacances.

 

 

Vendredi 22 octobre 2010

9 h 00 : Départ des cars pour les sorties. 2 possibilités : A ou B

     A : FORÊT DOMANIALE D’HARDELOT

          2 cars (n° 1 et n° 2) se rendront dans 2 parcelles différentes.

     B : DANNES : DUNES DU MONT SAINT-FRIEUX

          Car n° 3 : Dannes : Dunes du Mont Saint-Frieux [départ9 h 05]

12 h 30 : Déjeuner au restaurant du village-vacances.

14 h 00 : Travail en salle, étude des récoltes du jour.

ou    sorties complémentaires en covoiturage sur des sites gérés (pour de petits groupes).

ou    sortie touristique : Boulogne-sur-Mer : La vieille ville et le port. (départ anticipé)

17 h 30 : Conférences.

19 h 30 : Dîner au restaurant du village-vacances.

20 h 30 : Conférences puis travail en salle.

 

Samedi 23 octobre 2010

8 h 30 : Sortie  en covoiturage (ou éventuellement en car selon l’effectif concerné) selon les poussées du moment.

11 h 30 : Clôture de la session 2010.

12 h 30 : Déjeuner au restaurant du village-vacances.

 

 

LES FORÊTS  ET AUTRES LIEUX DE PROSPECTION

 

Le descriptif des sites réservés aux sorties de l’après-midi se trouvera dans le livret du congressiste.

 

Forêt domaniale de Boulogne-sur-Mer.

Le massif couvre 2018 ha, ce qui en fait le plus vaste ensemble forestier du Boulonnais. Le climat est de type nord-atlantique et bénéficie de l’inertie thermique de la mer, toute proche (8 km) ; les précipitations sont fréquentes – près de 180 jours par an en moyenne – et la pluviosité avoisine 850 mm/an malgré la proximité de la mer, l’hygrométrie atmosphérique importante et diverses particularités confèrent à tout le Boulonnais une tonalité submontagnarde ; l’altitude du massif varie de 45 à 135 m (moyenne : 70 m) : le relief est caractérisé par un ensemble de buttes et de mamelons bordés de replats et de plateaux qui se prolongent par des versants à pentes accentuées, entaillées par de nombreux vallons étroits, profondément encaissés et parcourus par de nombreux ruisseaux permanents ou temporaires ; d’un point de vue géologique, ce sont les sédiments secondaires qui dominent largement, en particulier du Jurassique (calcaires, grès, argiles et marnes). Longtemps négligée des mycologues, la forêt de Boulogne est une des plus riches de la région. On y recense actuellement autour de 1000 espèces.

 

Forêt domaniale de Desvres.

La forêt de Desvres couvre 1150 ha, à cheval sur les communes de Desvres, Cremarest et Bournonville.  Elle se situe à la limite orientale de la fosse du Boulonnais, à 15 km de la mer. Les altitudes varient de 40 à 134 m ; une série de hauts points, de plus de 100 d’altitude, sont disposés en fer à cheval ouvert vers l’ouest. Par leur influence sur la nature du substrat et sur l’alimentation en eaux des peuplements, le relief et la topographie jouent ici un rôle primordial. De nombreux ruisseaux (plus de 7 km) entament le relief et convergent vers la Liane (qui se jette à Boulogne-sur-Mer). Le climat est nettement maritime, doux et humide, avec de très faibles écarts de température (température moyenne annuelle : 10 °C). Les précipitations sont abondantes (près de 1200 mm/an), fréquentes et bien réparties dans l’année. L’état hygrométrique de l’air est toujours élevé, même en été. L’érosion a mis a nu des terrains jurassiques et primaires, cernés par le Crétacé de l’Artois, localisé sur les points hauts et recouverts, par endroits, par des placages de limons. Ces étages se distinguent mal sur le terrain, chacun comportant à la fois des argiles, des marnes, et même des grès. Dans l’état actuel des connaissances, la forêt de Desvres est la plus riche du Nord – Pas-de-Calais, avec plus de 1200 espèces fongiques recensées. Hormis quelques peuplements artificiels de résineux (pins sylvestres et épicéas), sur les plateaux sableux de la Haute-Forêt surtout, on trouve essentiellement une chênaie-frênaie bien représentée (le frêne est l’essence dominante de la forêt), avec de nombreuses variantes hydriques et trophiques ; à côté de cet habitat typique de Desvres, on trouve également des chênaies, des hêtraies mésotrophes et des aulnaies-frênaies.

 

Forêt domaniale de Guînes.

La forêt de Guînes couvre 806 ha ; elle a appartenu aux rois d’Angleterre avant de devenir royale en 1558. Elle a le statut de forêt domaniale depuis la révolution de 1789. Elle est située dans la région des « Collines d’Artois », sur le versant nord-est de l’anticlinal de l’Artois, à une altitude variant de 35 à 160 m. Elle présente des lignes de plus grande pente orientées SW-NE, qui donnent une succession de dépressions parallèles sèches, aucun ruisseau ne parcourant le massif. De ce fait, les dépôts limoneux sont très épais dans ces dépressions Les sols sont plutôt riches, basiques à neutrophiles, avec des humus de type eumull, moyennement frais. On y rencontre essentiellement des hêtraies mésophiles sèches (420 ha) et des hêtraies mésophiles à mercuriale (360 ha). Des parcelles ont été enrésinées à la suite de l’extraction massive de bois au cours des dernières guerres. Le climat est nettement atlantique : température moyenne annuelle : 10°, précipitations moyennes : 700 mm par an. Sur le plan historique, la forêt présente deux particularités : l’emplacement du Camp du Drap d’Or, où eut lieu en 1520 l’entrevue entre François 1er et Henri VIII d’Angleterre se trouve sur sa lisière est ; d’autre part, la colonne Blanchard, toute proche du parking où nous nous arrêterons, a été érigée en l’honneur de l’aéronaute français qui franchit, en 1785, le détroit du Pas-de-Calais en ballon. La forêt de Guînes est bien différente des forêts de la Fosse boulonnaise mais présente également bien des attraits mycologiques. On y recense actuellement environ 850 espèces. Quelques espèces remarquables y trouvent leur unique station régionale.

 

Forêt domaniale d’Hardelot.

Le massif couvre 618 ha, ce qui en fait le plus petit des ensembles forestiers du Boulonnais ;  le climat est de type nord-atlantique et bénéficie de l’inertie thermique de la mer, toute proche ; les précipitations sont fréquentes – près de 180 jours par an en moyenne – et la pluviosité avoisine 800 mm/an ; l’atlanticité est plus marquée que pour les autres massifs du Boulonnais et semble complétée par une tonalité thermo-atlantique sur la partie occidentale de la forêt ;  l’altitude du massif varie de 15 à 72 m (moyenne : 35 m) : le relief est faiblement vallonné et ondulé, entaillé de quelques thalwegs, essentiellement  à profil en « U ». Les pentes sont douces, excepté de part et d’autre des thalwegs et sur le front occidental de la forêt où elles peuvent dépasser 30°. Un grand vallon à fond plat, élargi dans sa partie aval, coupe en deux la forêt au niveau du ruisseau de Longpré qui est à l’origine de ce système alluvial mieux différencié ; d’un point de vue géologique, ce sont les sédiments secondaires qui dominent largement, avec 40% de formations complexes (sables, calcaires et argiles) du kimméridgien, 40% d’argiles du Wealdien et de l’Aptien ; les 20% restants sont des formations quaternaires (dunes, alluvions récentes). Mais les formations géologiques ont été très majoritairement couvertes par des formations quaternaires de type loess et sables argileux, dont les proportions en sables et argiles sont si variables qu’elles engendrent des terrains compacts et humides ou au contraire perméables et frais. Cette petite forêt a longtemps été négligée des mycologues, comme la forêt de Boulogne. C’est malgré tout une forêt de très grand intérêt, en fait la plus riche de la région si l’on calcule le nombre moyen d’espèces à l’hectare : on y recense actuellement environ 900 espèces.

 

Bruay-la-Buissière – Bois des Dames.

Le Bois des Dames s’étend sur 350 ha et se situe dans la partie occidentale du bassin minier, sur les marges du haut-pays d’Artois. Il est situé sur une butte tertiaire argilo-sableuse, dont les dépôts sédimentaires (sables d’Ostricourt et argiles d’Orchies) ont fait l’objet de différentes exploitations, sous forme de carrières. D’autre part, la compagnie des Mines de Bruay-en-Artois l’a autrefois utilisé pour stocker les rejets de l’exploitation minière : les terrils situés à sa périphérie ont été constitués de 1935 à 1960 et contribuent également aux reliefs de ce bois. Le climat est d’influence océanique (températures moyennes : 9-16 °C ; pluviosité : 900 mm/an ; humidité relative : 83%). Des types de sols différents se rencontrent sur le site : sur le plateau et les hauts de pentes, on trouve un sol à tendance podzolique (acide), avec une couverture humique de type moder ; dans les bas de pentes et les zones périphériques, le sol est brun, plus ou moins lessivé, avec une couverture humique de type mull. En conséquence, on trouve différents types de peuplements végétaux : sur sol acide des clairières à callunes forment un lande sèche colonisée par une bétulaie, des landes à ajoncs, des chênaies et des parcelles à bouleaux ou à châtaigniers, quelques hêtres et quelques pins sylvestres, des parcelles plus humides à sphaignes et callunes ; dans les bas de pentes, on trouvera une chênaie-charmaie riche en merisiers, frênes, noisetiers, sycomores, des aulnaies et des saulaies dans les secteurs les plus humides. Le terril lui même est évidemment très intéressant également : il a été récemment aménagé et on y parcourra des pelouses sur schistes étendues. Derrière le terril se trouve la parcelle la plus intéressante : le bouleau y est l’essence pionnière typique de ces milieux, où prolifèrent les champignons spécifiques de terrils, et des zones humides y sont également peuplées de mégaphorbiaies.

 

Avion – Terril de Pinchonvalles.

Situé sur le territoire d’Avion (62), le terril des crêtes de Pinchonvalles s’étend sur une superficie de 75 ha ; c’est le deuxième terril d’Europe par la surface occupée. Ses 37 millions de m3 de schistes et de grès se sont accumulés sur trois niveaux : 1) une plate-forme inférieure (premiers dépôts vers 1942), ne dépassant pas 35 m d’altitude ; 2) un niveau intermédiaire, entre 35 et 84 m ; 3) un niveau supérieur avec un plateau culminant à 119 m, sur lequel les derniers dépôts datent de 1977. Sur ces différents étages, la végétation spontanée a repris ses droits (le niveau inférieur a été abandonné à la nature depuis plus de 50 ans) et, actuellement, tous les stades classiques de la dynamique végétale des terrils sont présents sur le site. Malgré un arrêté de biotope en 1992, la gestion du terril est actuellement assez défaillante et certains types de végétations y connaissent une régression inquiétante. On y trouve des groupements pionniers, apparentés aux pierriers alpins, ave Rumex scutatus (en régression actuellement), des bétulaies et des saulaies pionnières, des friches pionnières à mélilot (Melilotus alba) et vipérine (Echium vulgare), des pelouses à Vulpia myuros, des friches de substitution à épilobe en épi (Epilobium angustifolium) ou à Calamagrostis epigeios, des pelouses rases à piloselle (Hieracium pilosella), pâturin comprimé (Poa compressa) et achillée millefeuille (Achillea millefolium), riches en mousses et lichens, des fourrés à prunelliers (Prunus spinosa), églantiers (Rosa spp.) et autres arbustes, une saulaie à tussilages, et tous les stades dynamiques conduisant à une forêt de frênes, érables, bouleaux, cerisiers, chênes… Du haut du terril, on découvre un splendide panorama s’étendant sur les environs et le bassin minier et jusqu’aux collines de l’Artois.

 

Dannes. Dunes du Mont Saint-Frieux.

Le site du Mont Saint-Frieux est situé à la limite entre le Haut-Boulonnais (auquel appartient le mont lui-même) et la plaine maritime picarde qui s’étend, vers le sud, jusqu’à l’estuaire de la Somme. Sa superficie totale est de 1226 ha. En fait, la maîtrise foncière publique (Conservatoire du Littoral et des Rivages Lacustres et Département du Pas-de-Calais) concerne un domaine de 552 ha. La gestion en est confiée à la ville de Dannes, qui bénéficie de l’aide technique d’EDEN 62. Sur ce site, les dunes sont des dunes picardes caractéristiques par leur étendue d’ouest en est (3 km). L’originalité écologique du site réside notamment dans le contact du sable plaqué sur la craie du Mont Saint-Frieux et par la naissance de nombreuses sources au pied de ce dernier, engendrant des ruisseaux au cœur même des dunes. Ce site est extrêmement riche du point de vue faunistique, floristique et phytocoenotique : la végétation s’étage des laisses de hautes-mers aux pelouses calcicoles du sommet du mont (152 m), en passant par l’ensemble des groupements dunaires, tant de la série sèche (dune blanche, dune grise, fourrés dunaires secs…), que de la série humide (pannes dunaires et vallées humides occupées par divers boisements hygrophiles), alimentée par un réseau hydrologique complexe (nappe d’eau douce provenant des parties hautes du mont, nappe phréatique superficielle affleurant dans les niveaux les plus bas, ruisseaux temporaires alimentés par les eaux de la nappe de la craie…) et par divers gradients remarquables, par exemple, d’un point de vie édaphique, de la craie à des sables décalcifiés. Des boisements artificiels apportent aussi un complément de diversité biologique (pins et peupliers). La gestion actuelle de certains secteurs dunaires met en jeu un pâturage par des races rustiques de bovins. Là encore, la diversité de l’ensemble bénéficie de cette particularité.

 

 Liste des Hotels Et locations

 

Bassure de Baas : Gîte (5 places)  

58, boulevard de la Liberté, 62164 Ambleteuse

Tél : (0033) 03 20 02 55 23; http://www.bassuredebaas.com

Hôtel de la Plage :    

21, rue Gustave Danquin, 62164 Audresselles

Tél : (0033) 08 99 69 71 91

Hôtel du Guindal :    

113, rue des Poissonniers, 62250 Marquise

La Clef des Champs : Gîte rural   

03, rue du Mont Asie, 62164 Audresselles

Tél : (0033) 03 21 32 07 39; giterur@club-internet.fr;  http://www.laclefdes champs.com

Le Beaucamp-Chalets : Chalet ou bungalow  

62164 Ambleteuse

Tél : (0033) 03 21 32 62 10 ; http://www.le-beaucamp.fr.st

Le Bela Brise : (13 chambres)    

02, rue Maréchal Foch, 62164 Ambleteuse

Tél : (0033) 03 21 32 64 84

Le Carnot : Hôtel   

12, rue Carnot, 62930 Wimereux

Les Roches :    

96, rue Edouard Quenu, 62164 Audresselles

Villa Opale : Gîte (2-28 places) 

Digue d’Ambleteuse, 62164 Ambleteuse 

Tél : (0033) 06 77 69 28 38; http://www.villa-opale.com

 
   

 

 [Retour au sommaire]

La SMNF | Mycologie | Lichénologie | Microscopie | Photo-Champi | Myxomycétologie
Documents Mycologiques | Myco-Test  | Myco-Info | Sites WEB | Petites annonces