Société Mycologique du Nord de la France - Les champignons du Nord et du Pas-de-Calais - SMNF


 

Xerocomellus porosporus Imler ex Bon et Moreno) Satara - Le bolet fissuré 
= Xerocomus porosporus

Photos  Christophe Lécuru - Texte Jean-Pierre Gavériaux


 

Basidiomycota - Agaricomycetideae - Boletales - Boletaceae

 

Chapeau : 6-10 cm de Ø, beige brunâtre devenant plus foncé avec l’âge, velouté, mat, rapidement fissuré et laissant voir la chair sous-jacente blanchâtre (non rouge !) ; tubes jaunes, bleuissants à la coupe ; pores concolores ; pied 5-15 x 2-8 cm, lisse, atténué à la base, fibrilleux de brunâtre, dépourvu de rouge, prenant en fin de vie un aspect gris sale.

Chair : blanche, grise à la base du pied. / Odeur : faible. / Saveur : douce.

Spores : 6-10 x 1,5-2,5 µm, subfusiformes, certaines sont tronquées au niveau de l’apex.

 

Écologie : espèce ectomycorhizique surtout sous feuillus (chênes).

 

Remarque : se reconnaît à sa chair sous-jacente blanche visible dans les craquelures du revêtement et à ses spores tronquées (contrôle microscopique indispensable).

 

De saveur médiocre, ce bolet assez rare est classé parmi les espèces non comestibles.

 non comestible

 

 

Principaux caractères du genre Xerocomus

 

- Revêtement du chapeau sec, plus ou moins velouté ou tomenteux, non ou à peine visqueux.

- Tubes peu séparables de la chair du chapeau. Trame des tubes régulière. Cystides granuleuses.

- Pores larges, anguleux, jaune vif.

- Chair jaune à jaunâtre, non ou peu bleuissante. Hyphes généralement non bouclées.

- Pied ± cylindrique, élancé à grêle.

- Les spores de certaines espèces sont tronquées ou paraissent légèrement striées dans le MLZ. Sporée ocre.

- Piléipellis en trichoderme ou en palissade, rarement en épithélium.

- Espèces ectomycorhiziques sauf Pseudoboletus parasiticus qui est un biotrophe fongicole.

 

Clé d'orientation simplifiée pour la détermination des espèces principales (par Jean-Pierre Gavériaux)